Piccolo, l'ascension d'un démon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Piccolo, l'ascension d'un démon

Message par Admin le Sam 14 Jan - 14:22

Eh ! Ouais désolé si ça faisait longtemps que je n'avais pas afficher du contenu mais c'est presque revenu ( je parle du rythme de fanfic).

Chapitre 1 : le joueur de flute

Spoiler:
Le démon Piccolo recula en hoquetant, il se tint son ventre douloureux.
- Qu'est ce qui se passe ? C'était trop fort pour toi ?
Le géant vert observait avec rage celui qui le narguait. C'était un type en armure aux cheveux très longs, une queue en fourrure était enroulé autours de sa taille. La même queue que celle de l'enfant qu'il avait vaincu il y a quelques années. Cet homme s'appelait Radditz et prétendait venir de l'espace.
- Kakarotto devait être bien faible pour être tué par une vermine comme toi.
- Vermine ? Tu oses me traiter de vermine ?
C'en était trop pour Piccolo, il avait vaincu l'enfant à queue de singe, le mafuba et même son alter-égo. Il était devenu l'être le puissant de la Terre. Il ne pouvait se laisser insulter par un être venu de nulle part. Le démon poussa un cri de rage. Le monocle du saiyen sonna.
- Six cents unités, c'est mieux mais c'est toujours insuffisant.
Le démon concentra son énergie dans ses poings, il lança les kikohas chargés vers Radditz, ce dernier disparut.
- Tu ne croyais tout de même pas que j'allais me laisser toucher.
Un coup expédia le démon dans les airs, il atterrit près d'une chute d'eau. Le dos en compote, il se releva lentement en serrant les dents. Il se retourna et vit Radditz qui le fixait avec un sourire malveillant aux lèvres.
- Même si tes coups ultra lents m'auraient touché, ils ne m'auraient pas tué. Il est en temps d'en finir.
Un laser transperça l'abdomen du démon qui bascula dans le vide.
- De la part de Kakarotto. Dit le saiyen en terminant sa phrase par un crachat.
Radditz s'envola, ignorant qu'il était observé par un homme noir aux lèvres rouges.
En bas des eaux torrentielles, une main verte sortit de l'eau et agrippa un rocher. Le démon se hissa hors de l'eau jusqu'à la taille. Il respira bruyamment puis sombra dans l'inconscience. Il rêva des jours où ils n'étaient qu'un.
Dans le palais de Kami Sama, le namek jouait une mélodie à la flute. Un homme barbu d'une quarantaine d'années vêtu d'une toge blanche s'approcha de lui.
- C'est amusant de voir quelqu'un s'appelant Piccolo jouer aussi bien de la flute.
- Un homme m'a recueilli pendant mes jeunes années était un musicien à la retraite. La flute est le seul instrument qu'il a réussi à m'enseigner. Piccolo est un surnom qu'il m'a donné, je ne me souviens plus de mon véritable nom.
- Je vois, ce doit être dur, je compatis. Répondit l'homme avec un sourire hypocrite.
- Merci Garlic. Répondit Piccolo.
Le namek regarda l'humain s'éloigner, il ne savait pas quoi penser de lui. Toutes ses actions, ses paroles semblaient fausses, hypocrites.
- Messieurs, Kami Sama a pris sa décision. Dit mister Popo
Le namek se leva et alla avec Garlic vers la porte d'entrée du palais. Un vieil homme sortit du palais, il observa les deux candidats à sa succession.
- Piccolo, j'ai le regret de vous annoncer que je ne peux vous prendre comme successeur. J'ai senti la colère enfouie dans les profondeurs de votre cœur.
Le namek baissa la tête, il aperçu un bref sourire narquois de l'autre candidat.
- Garlic, vous n'êtes pas prêt non plus. Votre orgueil vous empêche de voir la partie sombre de votre âme.
L'humain baissa la tête à son tour, il serra les poings si fort que ses mains commencèrent à saigner.
- Vous devez tous les deux purifier votre âme si vous voulez me succéder. Vous, Piccolo, vous devez éteindre les flammes de la haine qui brulent dans votre être. Vous, Garlic, vous devez briser le voile de votre orgueil qui vous empêche de voir les failles de votre âme. Revenez dans un an, vous me montrerez vos progrès.
Le vieil homme rentra dans son palais suivi par Popo.
- Comment a-t-il osé ? Explosa soudainement Garlic. J'ai tout sacrifié pour devenir un saint homme et il me refuse ce que je mérite !
- Du calme, il veut seulement que l'on devienne meilleur.
L'humain frappa soudainement le namek.
- Ferme la, joueur de flute ! Ni toi ni ce vieux gâteux ne m'empêcherez de devenir le très haut !
Garlic tenta de frapper l'être vert une seconde fois mais ce dernier disparut, il réapparut derrière son dos et lui tordit le bras.
- Du calme ! Je ne suis pas ton adversaire ! Ton pire ennemi est toi même !
Piccolo relâcha l'humain qui le dévisagea avec haine avant de quitter le domaine sacré. Le namek décida de revenir vers le lieu où il avait passé une majeure partie de son enfance. Il avait attendu en vain dans ce lieu de solitude que quelque chose ou quelqu'un vienne le chercher. Ce lieu sinistre réveillait cependant en lui un étrange sentiment de nostalgie.
Piccolo passa ses journées à méditer, fouillant dans son âme les origines de cette colère. Il finit au bout de deux mois par en découvrir l'origine : le coté sombre et absurde de l'humanité. Il se souvint des guerres faites pour gagner des territoires ou pour éradiquer ceux qui pensaient différemment. Il revit des hommes exploiter leurs semblables pour accumuler de la richesse. Il se souvint de l'absurdité du racisme, du fanatisme religieux. Toutes ces choses qu'il ne comprenait pas le révoltait, il souhaitait secrètement éradiquer tout ces mécréants qui souillaient l'humanité.
Piccolo tenta alors d'apaiser son esprit. Les mois passèrent et le feu de la colère était toujours vif. Le jour où il devait retourner voir Kami Sama s'approchait et il constatait avec angoisse qu'il échouait dans sa tentative d'évoluer.
- Je n'y arrive pas, si seulement cette noirceur pouvait sortir de mon corps.
Le namek se leva soudainement, une idée venait de lui traverser l'esprit.
- Et si je concentrais ma noirceur dans mon énergie spirituelle et que je l'expulsais. Cela vaut le coup d'essayer.
Piccolo ferma les yeux, il concentra et isola la noirceur qui était en lui. Il tendit son bras droit, son coté sombre circula lentement de son épaule jusqu'à sa main. Il expulsa de toute ses forces son coté obscur. Le namek tomba à genoux, fatigué mais heureux. C'était la première fois qu'il ressentait autant de sérénité.
Quand il ouvrit les yeux il poussa un hoquet de surprise, un être qui lui était en tout point semblable lui faisait face.
- Qui est tu ? Demanda Piccolo.
- Je suis... Toi... Je crois... Répondit son double désorienté.

FIN DU PREMIER CHAPITRE

Admin
Admin

Messages : 55
Date d'inscription : 31/12/2014

Feuille de personnage
Dé à lancer Dé à lancer: Lancé vos dé

http://dbzcu.forumgratuit.eu

Revenir en haut Aller en bas

Chapitre 2

Message par Admin le Sam 14 Jan - 14:33

Chapitre 2 : l'autre soi

Spoiler:

Les deux nameks s'observèrent avec incompréhension, le premier ne pensait n'avoir qu'expulsé de l'énergie et le second ne semblait pas comprendre comment il existait.
- Comment vas tu ? Demanda le candidat au poste de dieu.
- Je me sens vide...
- Je suis désolé, je ne pensais pas créer un nouvel être vivant.
- Je le sais, je pense avoir les souvenirs d'avant la séparation. Une minute, ma puissance... J'ai perdu beaucoup de ma puissance.
- Elle est en moi, j'ai utilisé peu d'énergie pour me débarrasser du mal en moi.
- Débarrasser ? Tu veux dire que je suis un déchet !
- Non, pardon, ce n'est pas...
- Rends moi mon énergie ! Hurla le nouveau namek en fonçant vers l'original.
L'aspirant Kami Sama disparut.
- Où es tu ? Montre toi sale lâche ! Hurla le nouveau namek.
L'original observait en fait son double du ciel.
- Pourquoi est-il devenu si agressif ? Je n'ai eu qu'un mot malheureux... C'est le mal qui était en moi ! Il n'est que pure colère et violence, il n'a pas de bonté en lui pour équilibrer son esprit. Le mal à l'état pur...
L'être vert tendit le bras et fit apparaître un kikoha.
- Non... C'est trop tôt ! Il vient de naitre, il est désorienté, il peut changer. Je vais lui laisser le temps d'habituer à sa nouvelle vie et je vais voir comment il évolue au contact d'autrui. S'il devient une menace pour le genre humain, je prendrais mes responsabilités et je ferai ce qu'il faut faire...
Le namek baissa son bras et s'envola vers le palais de Kami Sama.
L'autre namek erra un long moment, tiraillé par cette sensation de vide.
- Mon existence n'a aucun but...
L'être vert finit par croiser un village, assoiffé, il alla vers le puits et plongea le seau dedans.
- Hé toi là ! Qu'est ce que tu fais ? Cria un villageois.
- Ça se voit pas ? Je tire de l'eau, j'ai soif. Répondit le namek agacé.
- Bas les pattes ! Notre eau n'est pas pour les étrangers !
Indifférent aux remontrances du villageois, l'homme vert porta le seau à ses lèvres. Excédé le villageois donna un coup de poing au namek qui riposta avec un coup au visage. Le villageois poussa un grognement de douleur en tenant son nez en sang. L'homme vert ressentit un frisson de plaisir en voyant le visage déformé par la douleur.
- Ordure ! Venez les gars ! On a un rigolo à corriger.
L'homme en sang fut rejoint par huit villageois, le reste du village encercla le groupe et encouragea ses champions à démolir l'étranger.
- Tu vas regretter d'être venu ici, on va te crever. Dit un des lutteurs avec un sourire arrogant.
Le namek n'eut aucun mal à esquiver les coups de ses opposants. A chaque coup qu'il portait il sentait son plaisir augmenter, il finit par donner un coup de pied qui décapita un lutteur. Les vivats cessèrent aussitôt, des cris d'horreurs furent poussés, une femme se précipita vers le tué et serra sa tête contre sa poitrine en pleurant et en hurlant. Le namek ne put retenir un sourire : la violence, le sang et la peine des autres semblaient le rendre heureux. Pour la première fois depuis sa « naissance » il se sentait complet, un rire cruel s'échappa de sa bouche. La foule hurla vengeance et fondit sur l'étranger. Cette fois, le namek ne retint pas ses coups, les corps fragiles des villageois furent déchiquetés par la violence des assauts. La peur remplaça rapidement la haine. Les autochtones tentèrent de s'échapper mais le guerrier sanguinaire se lança à la poursuite des fuyard et les tua tous sans aucune pitié. Il revint vers le hameau et tua ceux qui n'avaient pas participé au combat : femmes, vieillards et enfants. Il ne resta bientôt plus qu'un survivant : un adolescent à peine adulte.
- Pitié, ne me tuez pas, je ne vous ai rien fait.
- Je vais t'épargner mais pas par bonté, je veux seulement que tu racontes aux autres villages ce qu'il s'est passé. Dis leur également que je viendrais pour les tuer.
- Par, pardonnez moi mais qui êtes vous ?
- Ah oui, il faut sans doute leur donner un nom. Appelle moi Piccolo.
Le namek s'était trouvé un but à son existence : faire régner la violence et la terreur. Plusieurs villages furent rasés jusqu'au jour où son autre soi réapparut devant lui.
- Tiens ? Te revoilà, je vois à ta tenue que tu as pris du galon, félicitations Kami Sama.
- J'ai vu tes actes, de nombreux innocents sont morts à cause de toi.
- Oui, maintenant Piccolo est un synonyme de peur et de mort, pas trop contrarié que j'ai sali notre surnom ?
- Je renonce à ce nom, dorénavant je ne serais que Kami Sama, tu peux garder l'appellation de Piccolo.
- Merci de votre don si généreux votre divinité. Que me vaut l'immense honneur de votre présence ? Demanda le double maléfique narquois.
- Je suis venu mettre fin à ton existence, j'espérais que tu ne serais pas devenu le monstre que je redoutais. Tu ne me laisse pas le choix.
- C'est toi qui va mourir ! Hurla le namek en fonçant sur son double divin.
Le poing de Piccolo ne rencontra que le vide, il s'aperçut que Kami Sama était derrière lui. Il fit volte face et donna un coup que le dieu para facilement. La riposte fut rapide et violente.
- Je ne vois pas ses coups, je savais qu'il y avait un écart de puissance mais je n'attendais à ce qu'il soit aussi immense.
Kami Sama saisit rapidement Piccolo à la gorge et commença à l'étrangler.
- J'aurais aimé que cela se passe différemment, adieu. Dit le dieu en resserrant son étreinte.
Kami Sama sentit soudainement l'air lui manquer, surpris, il relâcha Piccolo et porta ses mains à sa gorge qui était maintenant endolorie.
- Que s'est il passé ? Se demanda le dieu.
Piccolo en profita pour s'enfuir, Kami Sama apparut devant lui et l'étrangla à nouveau, le dieu sentit à nouveau l'air lui manquer.
- Non... Dit le namek en relâchant son double. On a beau être deux êtres différents, on possède toujours une seule et unique vie...
- Quoi ?
- Si l'un de nous décède, l'autre meurt également.
Piccolo fut secoué par un rire.
- Cela veut que tu ne peux me tuer car ça te coutera la vie, tu ne peux donc rien faire pour m'arrêter, ha ha ha...
Un coup à la nuque par Kami Sama mit fin au rire et à la conscience de Piccolo.
Le double maléfique se réveilla dans une cellule, Kami Sama lui faisait face de l'autre coté des barreaux.
- Si je ne peux tuer alors je te maintiendrai prisonnier. Cette fontaine au fond de ta prison te fourniras tes besoins en eau.
- Attends ! Tu n'as pas le droit !
Piccolo tenta de détruire les barreaux puis les murs de sa cellule mais il se révéla pas assez fort pour les détruire. L'étroitesse de sa prison l'empêchait de s'entrainer correctement pour progresser. Kami Sama passait de temps en temps le voir, son double l'accueillait à chaque fois avec des insultes. Piccolo finit par perdre la perception du temps passé tant sa vie était monotone, seule sa haine pour son autre soi l'empêchait de sombrer dans la folie. Un jour, il entendit quelqu'un s'approcher de sa cellule.
- Voici donc le petit secret de ce cher Kami Sama, un double maléfique. Dit Garlic.
L'ancien candidat à la divinité était accompagné de deux hommes : le premier était grand, sa calvitie au sommet de son crâne était composé par une chevelure longue, le second avait aussi des cheveux longs coiffés en brosse.
- Combien de temps suis je enfermé ici ? Se demanda Piccolo en observant les poils gris de la barbe de Garlic.
- Nous avons un ennemi commun, double maléfique, ce cher Kami Sama. Je te propose une alliance.
- Il est trop puissant pour nous deux, comment compte tu le vaincre ?
- Nous allons devenir plus forts en se métamorphosant en ce qu'un dieu craint le plus : des démons. Alors ?
- Je suppose que je n'ai rien à perdre à te suivre. Au fait, je suis Piccolo.
- Tu seras Le démon Piccolo, Piccolo Daimao ! Nikki, Sansho, préparez le sortilège, nous allons délivrer notre ami.
A suivre...

Admin
Admin

Messages : 55
Date d'inscription : 31/12/2014

Feuille de personnage
Dé à lancer Dé à lancer: Lancé vos dé

http://dbzcu.forumgratuit.eu

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum